Dans le quotidien d'un joueur blessé.... Léo Dujardin

Dans le quotidien d'un joueur blessé.... Léo Dujardin

·
officehermine

Dans le quotidien d'un joueur blessé... Léo Dujardin

Blessé juste avant la reprise de la deuxième phase, le 13 janvier 2019, Léo Dujardin qui a été immédiatement opéré le lendemain, nous raconte son quotidien loin des parquets. Accompagné par Guillaume Aragot qui prépare Master 2 option préparation physique et réathlétisation, Léo espère rejoindre rapidement ses coéquipiers.

Chaque soir quand les U18 France arrivent, le rituel est le même, direction les vestiaires pour se changer, une fois les baskets enfilés, les gars prennent les ballons et commencent à shooter. Tous sauf un pour qui le quotidien a changé le 13 janvier.  En cause, une fracture déplacée de l’auriculaire à la main droite.

Avec 15 points lors de son dernier match en Nationale Masculine 3 contre Saint-Lo, Léo montait en puissance depuis le début de la saison.

 L’annonce est dure à encaisser pour le joueur originaire de Vendée qui est stoppé dans sa progression “Tout sportif n’aime pas être blessé. Bien sûr c’est plein de chose qui se passe en même temps dans ta tête. Tu es forcément dégouté d’être blessé mais ce qui m’a fait le plus mal c’est surtout de savoir que je ne pourrais pas aider mes coéquipiers dans l’immédiat. En plus de cela c’est la dernière année en centre de formation, donc il fallait que je continue à faire mes preuves pour pouvoir continuer à un meilleur niveau l’année prochaine. La blessure entraîne une coupure dans ta progression… donc oui c’est beaucoup d’émotions et de déceptions. Malgré tout il y a beaucoup de gens qui croient en moi, la famille, les coéquipiers et les coachs. Donc tu gardes confiance et tu te relèves pour devenir encore plus fort

 Malgré l’opération, le travail physique ne s’arrête pas, pris en charge par Guillaume Aragot, le travail ne fait que commencer !

 Intégré au sein du Centre de Formation du Nantes Basket Hermine en stage, Guillaume s’occupe de la préparation physique et de la réathlétisation des joueurs, en collaboration avec Maxence Besson. Dans le cas de Léo, la blessure se situant sur un membre supérieur, à la main en l'occurrence, le travail s’oriente vers le bas du corps et sur la chaîne abdominale.

 Le processus de réathlétisation est constitué en accord avec plusieurs parties “ en fonction de l’aval du kiné et du médecin ils nous disent ce qu’on a le droit de faire ou pas donc au départ beaucoup de vélo car la course lui était interdite, pour entretenir les qualités aérobies et limiter le désentraînement afin de conserver une activité physique régulière d’un sportif de haut niveau.

 Absent des parquets pour environ trois mois (Léo espère revenir fin mars, début avril), il est important pour Guillaume, de ne pas forcer sur le cardio de manière à ce Léo ne soit pas prêt “trop tôt” à la reprise, ce qui est paradoxale car il faut “entretenir dans un premier temps de manière globale puis dans un second temps se rapprocher des exigences de la discipline en respectant une certaine spécificité propre au basket (effort court et intense, capacité à enchaîner sauts sprint, changement direction, contact…) ”.

Guillaume en profite également pour travailler sur l’aspect proprioceptif avec des exercices d’instabilité sur waf au niveau des chevilles, des genoux mais aussi avec des étirements pour gagner en amplitude de mouvement.

Dans le cas de Léo c’est également un mal pour un bien, cela lui permet de travailler sur des aspects physiques sur lequel les autres joueurs ne travaillent pas toujours lors des entraînements de basket.

 

Lorsque la blessure arrive, il peut être difficile de rebondir psychologiquement, pour Léo, ce n’est pas le cas “ une blessure, ça renforce mentalement, tu te forges, tu te prépares à revenir à 200% et quand tu reviens tu as les crocs, tu as envie de tout déchirer et d’être le plus fort parce que la compétition t’as manqué. Donc faut prendre son mal en patience, garder le sourire et la bonne humeur”. Si Léo a su prendre la blessure comme cela c’est aussi grâce à Guillaume Aragot, il accompagne les joueurs, assure un suivi quotidien et remonte le moral des joueurs lorsque c’est un peu plus difficile de vivre la blessure “ J’interviens essentiellement sur la partie physique mais il faut aussi prendre en compte l’aspect psychologique dans le suivi. Chaque joueur vit sa blessure différemment, entre colère, angoisse, frustration, perte de motivation, de confiance, un sentiment d’exclusion.... Pour les sportifs de haut niveau, il est très difficile de se voir imposer une longue période d’immobilisation car cela correspond à un ralentissement dans leur processus de formation, il est donc important de dialoguer avec eux, et de leur faire dédramatiser la situation. On s’arrange pour faire en sorte que la séance soit ludique, amusante, et dans la bonne humeur afin de mettre le joueur dans les meilleures conditions possibles”.

Pour cela il est essentiel que le travail physique se fasse en compagnie des autres joueurs, dans la mesure du possible, Guillaume fait en sorte que la séance se passe dans la salle de basket, face au groupe, cela permet de garder une cohésion mais également de ne pas se sentir exclu de l’équipe, un point essentiel pour le moral.

JM

 

Logo

Nantes Basket Hermine est le club référence du basket professionnel masculin à Nantes, ville de la première région Française de basket.

L'équipe phare de l'Association évolue en NM3.  Ce club centenaire dispose d'une section amateur aux nombreux succès et d'un centre de formation de premier plan où joue notamment l'équipe réserve en NM3

Nantes Basket Hermine
Salle Sainte Anne
3 rue Sainte Marthe
44100 Nantes
Tél : 02 40 69 51 33